Voyages sur l'arbre du monde

 

[Main Index] [About Jordsvin] [Asatru Information] [Young Heathens Page] [Fun Stuff] [Asatru Events] [Norse Links]

     « L’Un est pour l’Arbre du Monde qui se dresse droit et haut », ainsi commence le Counting Song de Diana Paxson. Cet arbre du monde est connu sous de nombreux noms dans maintes cultures, y compris dans nos cultures germaniques, où il est nommé Yggdrasil, Mímameiðr

et Irminsul. Yggdrasil tient en place les Neuf Mondes. Il met de l’ordre dans le multi-univers. Même Óðinn ignore d’où ses racines poussent. Avant Ymir et Auðhumla, il existait. Avant que Askr et Embla ne reçurent forme sur la plage, seul il se dressait. Même le Ragnarökr ne pourra l’abattre. Il tremblera mais l’arbre de Mímir ne tombera pas. Il résistera fermement, et de cette résistance de nouveaux mondes et de nouvelles vies jailliront, et les Dieux morts connaîtront une nouvelle vie. Un nouveau cycle naîtra de la fin de l’ancien cycle, comme cela s’est dans doute déjà produit. Cela nous le savons.

     Tout ce qui vit et tout ce qui existe tire bénéfice du soutien et de la structuration issus de l’Arbre du Monde. Pour d’autres, ce qui soutient et ordonne a encore un autre but. Ce qui tient en place tous les mondes est par la même occasion une grand-route joignant ces mondes. Ratatoskr n’est pas seul dans ses voyages dans l’Arbre. De nombreux peuples le savaient. Dans le film ‘The Blair Witch Project’ les formes faites de bâtons posées sur un arbre étaient une représentation de chamans voyageant sur l’Arbre du Monde. Même après mille ans de répression, cette image n’est pas morte. Elle se manifeste à nouveau dans notre conscience collective. Dans ce film, cette image est introduite avec terreur, mais on peut aussi l’introduire avec extase. C’est un des mystères d’Óðinn, et de Freyja. Le Terrible est aussi le Dieu des souhaits. Celle qui reçoit la moitié des combattants tués est aussi la Truie fertile. Le voyage sur l’Arbre du Monde est aussi un des Mystères pour certains mortels. Nous sommes le premier rang des voyageurs dans les territoires du spae. Nous sommes le peuple du seiðr, et comme celles d’Yggdrasil lui-même, nos racines, et celles de notre art, sont perdues dans les brumes des siècles passés. Quand nous avançons dans notre voyage, voici certaines des choses que nous faisons, et comment ce qui a été longtemps perdu, recommença.

     Ma propre pratique du seiðr remonte à neuf ans maintenant. Avant cela, j'ai travaillé tout seul bien qu'en contact pendant un an et demi avec Diana Paxson du groupe Hrafnar seiðr à Berkeley, Californie (région de San Francisco Bay). Elles ont été les premières à reconstruire un seiðr contemporain. Ce processus a commencé d'une façon un peu étrange. Les femmes assistant à des rassemblements Ásatrú ont voulu faire quelque chose alors que les hommes étaient impliqués dans les jeux Viking. Elles ont décidé de travailler à la reconstruction du seiðr , et ce travail a été conduit avec le plus grand succès depuis presque vingt ans.

     La plus grande discussion dans la communauté anglophone du seiðr a été sur la définition de "seiðr" et de "spae." De nombreux païens nordisants [Notez que Jordsvin dit : Heathens, et non Pagans] très universitaires d’esprit désirent définir le "seiðr" comme une magie active exécutée pour modifier la conscience des personnes ou pour manoeuvrer le complexe multipartite de l’âme d'un individu, habituellement dans un but négatif ou peu amical. Elles souhaitent que le travail "plus prophétique" soit classé comme "spae" (vieux norois "spá").

     D'autres, dont moi-même, soulignent que la "seiðkona" (= la "femme-seiðr ") mentionnée dans la saga d’Erik le rouge  (Eirîks Saga Rauða) est dite pratiquer le seiðr. Nombreux sont ceux qui ont sagement fait remarquer que les mots changent de sens avec le temps. Le sens du mot seiðr peut tout à fait être un exemple de ce changement dans un contexte spécifiquement païen. Quelque soit votre propre compréhension des termes "seiðr" et "spae", il est nécessaire de garder à l’esprit l'usage actuel afin de toucher une plus large audience. On a aussi fait remarquer que la compréhension de la communauté universitaire de ces sujets ne cesse de se modifier. A ce sujet, les travaux de Jon Hnefill Adhalsteinsson, de Neil Price et de Preben M. Sorenson  sont tout à fait pertinents.

     La pratique en matière moderne du seiðr, qu’elle soit individuelle ou en groupe, se concentre sur le service rendu à la communauté païenne, à quiconque assiste aux séances ou consulte le peuple du seiðr pour demander de l’aide. Les aspects les "pires" du seiðr sont explorés et aussi reconstruits, dans un contexte très privé par souci de sécurité et pour la réputation des praticiens de ce genre de seiðr. Etant donné la nature fortement individualisée des systèmes moraux païens contemporains, il n’est pas étonnant qu'il y ait désaccord sur les circonstances dans lesquelles un tel travail puisse se pratiquer. Mon propre point de vue est qu'il est parfois justifié mais devrait former tout au plus, une partie très réduite des activités d'un praticien du seiðr. Le paganisme germanique n’a pas la triple loi de la Wicca. Ainsi, alors que les Wiccans généralement condamnent et  rejettent absolument toute forme de  magie négative ou "noire", l'attitude païenne générale, si tant est qu’elle existe, est en règle générale plus nuancée.

     Bien que moins que parmi les païens "vieux style", le peuple du seiðr peut se trouver, par quelques aspects, un peu aux limites de la communauté païenne. Aux temps anciens, cette pratique a été largement vue comme étant au moins partiellement dérivée de la magie des tribus Saami/Laponnes, géographiquement adjacentes (Scandinavie du nord), mais linguistiquement, économiquement, et culturellement très distinctes. Elle a été également regardée de façon plutôt soupçonneuse, surtout quand pratiquée par des hommes, à cause des connotations de "ergi", un état spirituellement et/ou sexuellement passif. Pour en savoir plus sur ce sujet plutôt délicat voir l'article de Diana Paxson sur "Sexe, Statut et Seidh" en ligne à http://www.thetroth.org/resources/.

Certains ont toujours ce point de vue traditionnel sur cette pratique, mais ce n’est pas très répandu et cela semble diminuer avec le temps. Toujours est-il que la plupart des païens en tant qu’individus ne s’engagent pas (consciemment) profondément et sans aide dans le domaine du spae et, à mon avis, ils ne le devraient certainement pas. Ceux qui s’avancent à visiter ces domaines, y compris le peuple du seiðr, sont considérés par beaucoup comme légèrement "différents". Cependant, en notre temps, cette marque de "différence" ne s’accompagne habituellement pas d’une condamnation et marque souvent une bonne volonté pour chercher conseil et aide auprès du peuple du seiðr, comme nécessaire. Je suis toujours stupéfié que des hommes virils, grands, pleins de muscles, soient parfois effrayés par des pratiques que j’exerce très naturellement, moi qui suis un homme petit, non sportif et entre deux âges (l'expression anglaise "comme un canard dans l'eau" me vient à l'esprit ici).

     Aux  temps pré-chrétiens, le peuple du seiðr n'a pas hésité à accepter un paiement pour ses services, peut-être parce qu'il avait consacré du temps, des efforts et des ressources qui auraient pu être utilisés dans la vie de tous les jours, à une époque où la simple survie physique pouvait être très difficile. L’attitude moderne face au problème du paiement est variable, mais convient le plus souvent que le praticien devrait au moins être remboursé des dépenses encourues et recevoir nourriture, logement, quelque divertissement, et de petits cadeaux.

     Ma propre pratique du spae ou du seiðr oraculaire est basée à peu près sur celle du groupe de Hrafnar. J'ai été formé par Diana Paxson, qui a essentiellement rétabli le seiðr oraculaire moderne et qui dirige le Hrafnar et par Laurel Olsen-Mendes, un membre fondateur de ce groupe qui vit maintenant sur la côte Est des Etats-Unis et qui pratique le seiðr là-bas.

     Les autres méthodes pour pratiquer le seiðr oraculaire diffèrent de la méthode du Hrafnar de deux façons principales. Dans ces autres méthodes, seul le voyant (ce qui pour cet article inclut des individus des deux sexes, et des personnes transexuelles ou de sexe intermédiaire) se met dans une transe de type "chamanique", alors que dans la méthode du Hrafnar l'assistance entière voyage vers les portes de Hel, et seul le voyant traverse la porte elle-même. Dans les méthodes alternatives, dans certains cas, le voyant voyage vers Hel depuis un autre des neuf mondes de la mythologie de nordique, ou appelle dans certains cas les esprits à lui (ou elle) dans Miðgarðr même, sans "voyager" vers d'autres mondes, et pose des questions aux esprits pour obtenir l'information nécessaire ou pour négocier leur aide à diverses tâches. Le rôle de l’assistance se limite à répondre à des questions, sauf pour une ou plusieurs personnes qui chantent un "Varðlokkur" = " serrure des esprits" pour appeler, amuser les esprits et leur plaire, ce qui augmente considérablement la probabilité qu'ils viendront et auront tendance à coopérer lors de leur venue.

     Pour moi, le voyage du groupe entier est facultatif, bien qu'il puisse engendrer plus d'énergie pour la séance de seiðr, rendre plus concentrés les gens posant des questions, et les rendre mieux capables de poser et de comprendre ces questions, et tout au moins cela leur donne quelque chose à faire et les empêche de s'engager dans des activités dérangeant le praticien du seiðr dans son travail.

     Je ne souhaite pas personnellement appeler dans Midgarðr des esprits d'un autre royaume et travailler alors ici avec eux, pendant la séance de seiðr. Ils pourraient ne pas être de nature amicale et pourraient ne pas vouloir retourner chez eux quand mon travail avec eux est fini ! Ceux qui choisissent de travailler de cette façon, qui peut être ou ne pas être historiquement plus exacte, ont besoin de préparer un plan pour traiter cette possibilité et doivent avoir la compétence et la force nécessaires pour exécuter ce plan avec succès au cas où le besoin s’en ferait sentir.

     On pose différents types de questions durant les séances de seiðr oraculaire. Souvent, on demande de transmettre des messages, dans une direction ou dans l’autre, entre celui qui pose la question et des amis ou des parents décédés; pour s'enquérir de l’avenir probable des événements dans un certain aspect de la vie d'un individu; pour poser des questions aux Dieux ou aux Déesses, pour poser des questions du genre"direction spirituelle", y compris un choix correct d'une déité patronnesse; et pour demander quelle ligne de conduite à suivre pour résoudre une situation dans la vie courante.

     En plus du seiðr oraculaire, j'ai également employé seiðr ou des techniques dérivées  du seiðr pour:

1.      Aider des esprits humains restés sur terre à rejoindre le monde de l’après-vie.

2.      Faciliter la guérison d’individus physiquement et/ou psychologiquement malades en éliminant des intrusions spirituelles non désirées, ce qui était connu anciennement comme un "trait tiré par un elf". J'ai également recherché des parties d'âme perdues en divers endroits, y compris dans les huit des neuf mondes différents de Miðgarðr, pour les réinstaller dans l'individu. Un autre aspect de mon travail est d’aider à réaligner et rééquilibrer les éléments qui composent un être humain dans la cosmologie païenne germanique, qui incluent le corps physique et plusieurs "non-corporels".

3.      Rarement pour attaquer le pire de l’être humain, y compris les pédophiles et d’autres qui maltraitent les enfants. Quand je fais un tel travail sur des individus dont le comportement est extrêmement destructif, mais pas au point des catégories mentionnées ci-dessus, je leur laisse toujours une "porte de sortie", c.-à-d. un moyen de couper les liens avec leurs pratiques agressives afin d'éviter d'être traînés, ainsi que ces comportements, quelque part où ils ne peuvent pas nuire à d'autres. Remarquez que dans la plupart des cas de ce type, le mieux qu'un individu puisse faire est de travailler avec les dieux dans un mode votif, en demandant leur aide pour cette situation, plutôt qu’un travail de magie. En outre, des techniques du seiðr peuvent être employées pour écarter des attaques psychiques et/ou pour leur répondre agressivement. Elles peuvent également être employées pour mettre à jour et pour couper des liens non désirés à d'anciens amis, partenaires, etc. De tels liens peuvent également exister entre une personne et un vampire psychique (le voleur de megin en termes païens) et peuvent être trouvés et tranchés. Une alternative serait "d’aigrir le lait" avec un souffle de feu élémentaire ou la rune Thurisaz. Le scélérat prendrait alors très probablement soin lui-même de trancher le lien.

4.       Pratiquer le "changement de forme" pour sa propre protection d'individu ou d’autres besoins. Ceci implique de changer l'aspect ou l'énergie de votre "aura", ou en termes païens votre "hyde" (un terme dérivé de l’Anglo-Saxon). Avec la formation et la pratique appropriées, vous pouvez changer la forme de votre aura en quelque chose de dangereux et d’effrayant à voir pour diminuer le danger quand vous êtes obligé de vous rendre de nuit dans des endroits mal famés. Il peut également fournir davantage d’ "espace personnel" dans une foule dans un bar. J’ai pu vérifier l'efficacité de cette technique dans un tel environnement. Tandis que le changement de forme physique n’est pas possible à ma connaissance, d'autres pratiquent un changement de forme à un niveau subconscient. De façon amusante, j'ai vu quelqu'un projeter un peu de son hyde et/ou de sa hammingja du bout de son doigt au travers du verre d'un aquarium et j’ai vu les poissons réagir à ceci ! On peut également donner une forme très attrayante à son hyde afin de se rendre plus attractif à d'autres ou pour rendre d'autres plus réceptifs à ce qu'on dit.

5.      Une variation de la technique n° 4 emploie des techniques de seiðr pour mettre un "charme" sur un objet, parfois en même temps qu’un travail runique. En mettant des runes Thurisaz sur l'avant, l’arrière et les côtés de sa voiture, on peut faire que d'autres conducteurs vous donnent plus de place. J'ai trouvé ceci efficace. J'ai également employé le charme pour rendre mon automobile moins remarquable quand j'ai dû la garer dans des endroits douteux. Un mot d'avertissement, cependant: ma voiture était bien cachée ou au moins pas très apparente aux voleurs et aux contractuels, mais elle était, pour la même raison, difficile à retrouver pour moi, quand je suis revenu ! De toute façon, assurez-vous que vous enlevez et réabsorbez ou ancrez à la terre le charme, ou redonnez sa forme normale au hyde quand votre travail est terminé.

    Bien que le seiðr ne puisse pas être soumis à une vérification scientifique, les faits anecdotiques suggèrent que j'ai souvent réussi dans mon spae et mes travaux plus "actifs". Néanmoins et surtout dans des travaux de spae, il est essentiel de se rappeler que l'information est filtrée par une conscience humaine, que les dieux eux-mêmes ne sont pas tout-puissants ou tout-connaissants, et que la personne posant les questions est responsable en dernier ressort pour décider quelle valeur assigner à ce que le voyant ou la voyante a indiqué, en interprétant l'information (parfois avec l'aide d'autres personnes), et de décider si oui ou non, ou comment, la mettre en action dans sa vie.

     En outre, d'autres dans le paganisme contemporain (et souvent aussi l’ancien) ont employé le seiðr et ses techniques dérivées pour:

1.      Rapporter une bonne pêche à un endroit en appelant les poissons d'ailleurs.

2.      Placer un animal dans un état de transe pour un abattage plus humain.

3.      Travailler avec le temps pour arrêter les sécheresses, les inondations ou d'autres changements de temps nocifs ou dangereux.

4.      Pratiquer "la vision à distance" ou "la projection astrale" dans le contexte de notre propre monde, Miðgarðr, afin d'obtenir l'information par ailleurs non disponible (Vieux Norois "hamfaringja").

     Le lecteur a probablement maintenant bien compris que ces pratiques spirituelles et magiques sont loin d’être sécurisées. En fait, à mon sincère avis, elles sont en soi dangereuses. Pour le praticien, les dangers incluent la perte d'énergie ou de parties d’âme, le risque d'aggraver et d'empirer des désordres psychologiques existants, d’être tracassé par les pensées et les sentiments d'autres qui pénètrent son propre soi (particulièrement gênant pour les personnes ayant de fortes capacités divinatoires ou empathiques), de façon possible mais peu probable, devenir possédé ou hanté par des esprits non-corporels, et des manifestations diverses sous forme de problèmes de santé physique. Les réactions à court terme habituelles incluent sortir de transe avec des sentiments de la chaleur ou de froid excessifs ou de faim dévorante, et un épuisement suivi d’une "ruée de seiðr" consécutive, qui peut mener à l'insomnie tard dans la nuit (comme beaucoup d'autres, je préfère travailler le seiðr dans l'obscurité si possible). En outre, comme dans toute position de conseil ou de conduite spirituelle, il y a un danger que des individus, corporels ou autres, s'attachent au praticien en un quelconque type de vampirisme psychique.

     Alors qu'on ne peut pas éliminer ces dangers, ils peuvent au moins minimisés. Les éventuels praticiens du seiðr devraient être en bonne santé physique et mentale, à mon avis au moins âgés de 25 ans, de préférence 30 ans (j'ai commencé à pratiquer à l'âge de 36 ans), et posséder une bonne connaissance de la mythologie, de la cosmologie, etc. germaniques. Les praticiens devraient apprendre à recharger les énergies essentielles dépensées dans le travail du seiðr, et convenablement ancrer à la terre les énergies en surplus. Ceci devrait être aussi bien fait pour les énergies de groupe soulevées pendant une séance de seiðr.

     De bonnes relations de travail avec divers êtres spirituels, incluant mais non limités aux dieux et aux déesses, aux "animaux de pouvoir", aux esprits territoriaux, et aux esprits ancestraux peuvent être très utiles à la fois pour  le succès du seiðr et son travail en toute sécurité. Choisir soigneusement ceux avec qui on pratique le seiðr et apprendre à dire "non" aux individus dont vous sentez que vous ne pouvez ni ne devriez aider, ceux qu’on est incapable d’aider, ou pour lesquels vous manquez d’énergie, peut également faire une grande différence.

     Particulièrement pour ceux psychiquement très sensibles, il est essentiel de renforcer les barrières personnelles en tirant l’énergie megin/magique de sources appropriées et en l'utilisant pour renforcer quotidiennement l'aura ou le hyde. On m'a enseigné à ne pas entrer seul dans Hel sans un gardien pour surveiller  mon corps physique et à m'abstenir de l'alcool avant le seiðr, et aussi à ne pas effectuer ce travail en étant épuisé ou malade. En conclusion, efforcez-vous à bien vous connaître et à avoir un système éthique personnel bien établi. Décidez fermement ce que vous êtes disposé ou non à faire avant de commencer à pratiquer le seiðr et toute autre forme de travail magique.

     Pour des participants aux séances oraculaires de seiðr, les effets secondaires habituels incluent d'entrer en transe trop profondément ou d’errer loin du groupe dans le domaine du spae, ce qui, dans des cas extrêmes, peut amener à des problèmes dans le complexe-âme. Pour ces raisons, je conseille aux parents d’enfants en bas âge de les laisser à la maison. Des rencontres occasionnelles avec des esprits effrayants ou peu amicaux se produisent également, ce qui est une autre raison pour conserver un niveau léger de transe pour les « non-voyants » et la présence de gardiens qualifiés qui veillent sur les voyants et les participants durant tout le rite.

     Je conseille également aux praticiens du seiðr de préciser clairement avant chaque séance quels comportements sont admis de la part des participants et ceux qui sont inacceptables. Ceux-ci incluent pour moi de toucher le voyant ou la voyante en transe, d’adresser directement des questions à une déité (ce peut amener à des canaux ou à des possessions indésirables), errer loin du groupe pendant le voyage spirituel, et poser des questions à des êtres en dehors du panthéon germanique (une des grandes raisons du succès de cette technique est son ancrage dans un contexte culturel et religieux spécifique). On offre habituellement du sel et de l’eau au peuple du seiðr pour les « ancrer » après avoir quitté Hel ou d'autres mondes et être retournés dans la communauté réunie, et ceci est à la disposition des autres participants, si besoin est, pendant ou après la séance du seiðr. Le travail d'un bon gardien ou de bons gardiens est essentiel.

     Encore plus d'information, y compris des traductions des rituels de seiðr Hrafnar en français, espagnol, portugais, et (partiellement) en allemand, avec une bibliographie, peut être trouvée à http://home.earthlink.net/~jordsvin/Seidhr/Index.htm

Ma page Web païenne principale se trouve à http://home.earthlink.net/~jordsvin

 

     En conclusion, je dois remercier non seulement mes professeurs et compagnons de seiðr, humains et autres, mais également les universitaires qui continuent à ajouter à la compréhension du seiðr et aux pratiques associées, et les personnes qui m'ont fourni de l'information et des suggestions pendant la préparation de cet article.

 

Bibliographie de Jordsvin sur le seidhr

 

Blain, Jenny.  Nine Worlds of Seid-Magic: Ecstasy and Neo-Shamanism in North European Paganism.  Le Dr. Blain est à la fois une universitaire et une praticienne du seiðr.  Son livre discute aussi bien des pratiques historiques que des modernes. Hautement recommandé et accessible à www.amazon.com

 

Buck, Patrick “Jordsvin.”  Jordsvin’s Norse Heathen Pages.  http://home.earthlink.net/~jordsvin est ma principale page païenne et contient tous mes articles sur le paganisme nordique.

 

-----.  Pages and liens sur le Seidhr et le Spae.  http://home.earthlink.net/~jordsvin/Seidhr/Index.htm: les pages seiðr de mon site sur le paganisme nordique.  Il contient  quantité d’information, plus des liens vers d’autres  sites and des instructions pour obtenir le materiel d’étude du seiðr Hrafnar.   Depuis ce site on peut atteindre une traduction en français du rite du seiðr Hrafnar.

 

-----.  Seidhr Study List.  http://groups.yahoo.com/group/SeidhrStudy: ma liste d’études du seiðr pour les personnes étudiant le seiðr Hrafnar.  La section ‘liens’ dirige vers d’autres listes sur le seiðr lists, dont certaines ne sont pas données ici.

 

Dubois, Thomas. Nordic Religions in the Viking Age. Philadelphia: University of
Pennsylvania, 1999. Le chapitre 6 explore les relations possibles entre le chamanisme des Saami/Lapons et le seiðr.

 

Flowers, Dr. Stephen E. and James A. Chisholm.  A Source-Book of Seið: The Corpus of Old Icelandic Texts Dealing with Seið and Related Words.  Contient les textes originaux et les traductions en anglais. Très coûteux pour une monographie de 44 pages, mais très utile pour une étude universitaire du seiðr.  Dr. Flowers est le nom à l’état civil de Edred Thorsson.  On l’obteint à partir de http://www.runaraven.com/

 

Fries, Jan.  Seidways: Shaking, Swaying and Serpent Mysteries.  Ce livre reçoit des évaluations mitigées. A commander à www.amazon.com

Jordsvin

Created by Chandonn and Jordsvin

all works used by permission of the authors

last modified 11/06/2004