Page 3

C'etait un combat d'enfer dont un gosse de dix-neuf ans etait tetnoin, alors que nous etions les perdants, avec bcaucoup de ties et de blesses et quinze de nos dix-sept chars detruits ! Cc qu'il en restait etait colnmande par tin caporal, qui avait alors le grade le plus eleve de la compagnie ! Nous at ons deplace notre half-track dans le champ a droite du petit chemin, puis nous aeons rampe dessous et commence a creuser, mail le sol etait rocheux et difficile a entamer. Le matin du 10 aoiit, un message radio est arrive pour le colonel Hogan, qui s'etait installe dans le champ oppose au notre. Comme je me mettais on route, les tirs d'obus ont repris et je me sins jets a terre. Quand j'ai pu repartir, J'ai remarque Leo Zemitus qui me dit si tu dois etre toucheé, c'est que c'était ton tour! 11 etait avec le detachement de notre batterie A, en compagnie d'Hogan. Je parvins au half-track du colonel Hogan au moment memo oiu un tir de barrage recommen4ait. flogan et son equipage avaient pu creuser un trou dans un so] meuble, au-dessus duquel ils avaient place le half-track. Le trou etait profond et ils pouvaient s'v tenir toes. Je remis le message au Colonel Hogan, et, alors que j'etais a mi chemin du retour, je vis un infirmier pres de Zemitus a terre, dont le bras venait d'etre transperce par un eclat d'obus. La nuit precedente, les allemands avaient rampe dans le champ oix se trouvait Hogan et avaient essaye de lancer des grenades a main sous les vehicules, mais ils furent tues par nos tirs.
Le matin du 10 aout, une attaque fut lancee par le chemin en direction du RJ 272 par le 119e regiment de la 30e division d'infanterie, avec le lieutenant Patterson et le sergent Marik, mais ce fut un echec et bien peu en sont revenus. Jai vu un infirmier qui chargeait un homme dont le menton avait ete arrache, et un autre homme dont le bras pendait dans sa manche. Un sergent, qui n'avait pourtant pas ete blesse, etait da+~s terriblement choque. Patterson et Marik etaient indemnes.
Dans la matinee du 11 aout, d'autres elements du CCB sont parvenus jusqu'a nous et une autre attaque a ete tentee sur la droite de notre half-track. Le char leger Mark 5, Hot Hedy , apparut, provenant du quartier general de la 39j e section de reconnaissance, avec Bill Fullarton, Summers, le sergent Ray Pierce et le premier lieutenant John Forston, dans le but de fournir un renfort d'artillerie a une autre compagnie du 119 e regiment. Les Allemands les attendaient au moment ils atteignaient la haie suivante et dechainerent artillerie et mitrailleuses. Je me trouvais dans le trou sous notre half-track lorsqu'un second lieutenant se mit a genou et fit signe a ses hommes d'avancer. Its furent fauches alors qu'ils passaient pres de nous. Les survivants battirent en retraite, les morts et les blesses furent portes par les infirmiers.
Une attaque generale etait prevue pour le lendemain matin, 12 aout. Le lieutenant Patterson et le sergent Marik ramperent le long de notre haie, passarent de Fautre cote et Minirent yuelques objectifs. En chetnin, ils virent tin Allemand entrer en courant Bans tine maison , ils firent sauter cello-ci avec lour artillerie. Nos tanks se preparerent pour 1'attaque du lendemain. Cette nuit 1a, alors quo j'etais de garde, duelque chose me gla~a et me p6trifia. C'~tait tin bruit inhabittiel, qui s'avera i•tre celui d'un VI ! 11 explosa, apres Parrot de son moteur, environ tin inille plus loin.
Cc soir la et toute la nuit, les Allemand` se replierent, nous permettant d'avancer de cent metres et d'alteindre notre objectif, le: RJ 272 Ile carrefour de la Tote A la Fernme]. Nous avons ensuite fait derni-tour et nous sommes revenus au quartier general du CCB, o%t noes aeons re~u Lies ordres pour aller airier ~ former la poche de Malaise. C'etait bien bon de nous retrouver stir la route, apres trois jours et trois nuits passes dans le mime trou S01-IS IC halftrack ! Je pensais au lieutenant Cooper et je commen~ais a envier sa place !

Back to Mortain